Ocean Reef

Méditerranée : un potager par huit mètres de fond

La société Ocean Reef s’est lancée dans un pari fou : planter un potager au fond de la Méditerranée, à huit mètres de profondeur. Le projet est à la fois poétique et économique.

La plateforme de crowdfunding Kickstarter nous a habitués aux projets loufoques. Celui que tente de financer la société américaine Ocean Reef en fait un peu partie.

Le « jardin de Nemo » est un projet tout aussi poétique que son nom. Ocean Reef a décidé de repousser les limites de l’agronomie et de faire pousser un véritable potager au fond de la mer Méditerranée. L’idée n’est pas qu’artistique. Ocean Reef y voit un réel potentiel commercial.

Un jardin sous la mer

C’est en Italie, au large de la côte de Noli, non loin de la frontière française, que le jardin de Nemo a pris racine. Fixés au sol par huit mètres de fond, de vulgaires pots accueillent basilic, fraises et laitues. Leur développement est étonnement rapide.

Les plantes ne sont évidemment pas directement mises à tremper dans l’eau de mer. Les pots sont disposés dans de drôles de bulles faisant office de serres, mais retenant surtout un air riche en CO2, élément essentiel à la photosynthèse. Des jardiniers d’un genre nouveau enfilent régulièrement leurs palmes pour s’occuper des plantes.

Un abri pour les hippocampes

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’eau de mer ne représente pas une entrave au développement des cultures du jardin sous-marin, bien au contraire. Elle amplifie l’effet protecteur de la serre.

A huit mètres de profondeur, les parasites terrestres tels que les pucerons ne sont pas au rendez-vous. Seuls quelques poulpes et hippocampes ont déjà trouvé refuge dans le jardin de Nemo, sans avoir eu d’impact négatif sur la croissance des plantes. L’idée première n’était pas de protéger les hippocampes. Mais sachant que l’espèce est menacée d’extinction, le jardin pourrait jouer sans le vouloir un rôle écologique intéressant.

Côté température, les variations sont également très faibles à cette profondeur. Quant aux risques de sécheresse, le taux d’humidité est également très facile à contrôler. De la stabilité de ces paramètres résulte une croissance très élevée, et surtout très prévisible.

Faire pousser une salade sous l’eau, à quoi ça sert ?

Questionné par le Washington Post, l’instigateur de ce projet, Sergio Gamberini, affirme avoir cherché à « faire quelque chose de différent ». Son objectif serait quasi-artistique. Mais au delà de la poésie, l’expérience est avant tout un défi technique. En cultivant fruits et légumes sous la mer, l’entreprise Ocean Reef espère bien pouvoir apporter la preuve que l’océan est un lieu de culture viable pour les végétaux terrestres.

L’idée à terme serait d’exploiter ce mode de culture à des fins commerciales et de le rendre rentable. Il pourrait selon Sergio Gamberini apporter une solution alternative d’agriculture, notamment dans les pays en développement qui connaissent parfois des conditions agricoles difficiles. La stabilité des cultures subaquatiques permettrait d’éviter les désastres provoqués par les parasites, la sècheresse ou encore les fortes variations de température.

La firme aimerait également utiliser cette expérience pour élaborer de plus petits modèles de serres subaquatiques. L’idée serait de permettre aux particuliers de cultiver des plantes dans leur aquarium. Votre Nemo domestique pourra peut-être bientôt avoir lui aussi son propre jardin…

Ecrire un commentaire