container

Container, boite à tout faire

Depuis quelques années, ces caissons métalliques aux couleurs bariolées teintées de rouille se sont installés au cœur de la ville, loin des ports dans lesquels il est coutume de les apercevoir. Mises au point aux Etats-Unis en 1956, ces boites de fer constituent le moyen idéal pour stocker des marchandises lors de leur transport maritime ou ferroviaire. Pourtant, ces caissons, qui offrent un espace de 30m², peuvent rendre bien d’autres services.

Le container comme habitat

C’est au milieu des années 1960 que des architectes avant-gardistes imaginent les premiers usages urbains du container. Il faudra néanmoins attendre 2006 pour que des artistes hollandais aménagent leurs ateliers, puis des logements à base de containers. L’aspect extrêmement modulable de ces caissons permet de concevoir des immeubles de plusieurs étages, offrant des solutions d’empilement que seule l’imagination semble limiter. Si Amsterdam a été la première ville à accueillir ce type d’habitat, la France a franchi le cap en 2010 au Havre avec la création de la cité universitaire « A Docks ». Cent studios y ont été réalisés, offrant le même confort que celui d’une construction « en dur ».

Une maison originale

De plus en plus de particuliers, séduits par la liberté de conception offerte par ces boites encastrables, ont décidé de franchir le pas. Dans les librairies, les ouvrages dédiés à la construction de maison-container fleurissent sur les rayons, tout comme sur Internet où les sites d’entraide basés sur la philosophie du « Do It Yourself ». Les architectes sont eux aussi amenés à conceptualiser l’avenir d’une « ville-container », notamment par le biais du concours annuel « Architectures élémentaires » organisé par la société Algeco. Les avantages de ces boites en acier rendent possible un urbanisme à la fois évolutif et modulaire s’intégrant parfaitement dans le cœur de la ville.

Une multitude d’usages

Mais l’utilisation du container ne séduit pas seulement pour les solutions d’habitat ou de bureaux. D’autres usages, plus surprenants, sont en train d’être développés. L’armée les utilise déjà depuis de longues années comme infrastructure simple à déployer et à transporter, pour abriter générateurs, installations sanitaires ou même cuisines mobiles.

Dans le domaine des énergies vertes, la palme de l’innovation revient à deux entreprises proposant des éoliennes prêtes à l’usage, se déployant directement depuis un container. Autre initiative, celle de la « Crop Box » qui abrite une serre et tout son matériel d’éclairage et de culture hydroponique. Avec un tel équipement, il devient possible de faire pousser toutes sortes de végétaux en s’affranchissant totalement des conditions climatiques extérieures.

Du bar à la piscine, en passant par la clinique et le sauna

Les bars disposés dans des containers attirent de nombreux clients, tels que le Hermes Silk Bar de Hong Kong ou le Container Bar d’Austin, au Texas. Des restaurants, conçus sur le modèle du « Food truck », apparaissent dans les rues, tout comme des saunas, des piscines, des boutiques ou des galeries d’art, tous conçus à partir de containers recyclés.

L’éducation n’est pas en reste puisque des salles de classe sont utilisées en Afrique, offrant une alternative aux traditionnels préfabriqués. Des mini-cliniques, entièrement équipées, se logent aussi dans des containers faciles à transporter et pouvant être rapidement placés sur les lieux d’une catastrophe. Des dispositifs mobiles de traitement des eaux trouvent aussi leur place à l’intérieur d’un container.

La société BioKube, spécialisée dans ce genre d’installation, revendique plus de 5000 stations déjà en service. Le secteur IT est lui aussi concerné par des solutions simples et économiques permettant le stockage des serveurs, qui peuvent être alimentés par des panneaux solaires situés sur le toit du container.

Une solution d’avenir

D’un coût relativement peu onéreux (se situant entre 1500 et 4000 euros selon son état), facilement modulable et transportable, le container n’offre cependant pas que des avantages. Utilisé parfois pour le transport de produits toxiques, il est impératif qu’il soit décontaminé avant sa réutilisation. Des sommes, parfois importantes, devront aussi être versées pour l’isolation et l’aménagement d’un container brut. Une fois toutes ses informations connues, il est tentant d’avoir recours à cette boite originale et très tendance.

Le développement des usages du container permet aussi d’éviter que le matériel obsolète ne s’entasse, puisqu’il n’existe que très peu de solutions de recyclage. De quoi envisager une nouvelle vie pour les quelques 12 millions de containers en circulation dans le monde.

Ecrire un commentaire