Ricardo Bofill

Focus architecte : Ricardo Bofill aux Mardis de l’Architecture

Nous avons eu l’occasion d’être invités à une conférence organisée par Unibail-Rodamco, les Mardis de l’architecture, présentant la carrière de Ricardo Bofill.

Guillaume Poitrinal, Gille Davoine, Ricardo Bofill

En assistant à cette conférence, très intéressante et interactive, nous avons eu l’envie de nous pencher un peu plus sur ces architectes qui sont la source de notre « Urban Attitude ».

Les Mardis de l’Architecture

L’environnement urbain et l’architecture jouent un rôle qui nous semble incontournable dans la détermination du lifestyle propre à chaque ville. Cette atmosphère architecturale influence nos comportements, nos loisirs et notre relation à la ville.

C’est alors que l’on comprend le rôle essentiel des architectes qui insufflent par leur style les caractéristiques de l’environnement urbain dans lequel nous évoluons. C’est ainsi que dans les prochains mois, nous vous livrerons des billets dédiés aux architectes qui marquent notre époque.

Penchons-nous d’abord sur Ricardo Bofill, puisque nous l’avons écouté mardi dernier. Son œuvre est riche est variée, et son style architectural évolue en fonction du temps mais aussi en fonction du lieu dans lequel  le bâtiment est construit. Ricardo Bofill insiste là-dessus : il faut prendre en compte la spécificité du pays où l’on se trouve et offrir ainsi une architecture intégrée.

Le style de Ricardo Bofill

Du Kafka Castle à Barcelone, en passant par les espaces d’Abraxas à Marne La Vallée ou encore 77 West Wacker Drive à Chicago, les œuvres de Ricardo Bofill ne se ressemblent pas, chacune est empreinte d’une approche unique.

Bofill, nous fait part de son amour de la grande échelle. Il essaie de comprendre l’architecture d’autres civilisations pour en imprégner le style de la sienne, étant de culture européenne. C’est ce qui lui est spécifique : il essaie d’absorber les influences extérieures, pour rendre ses projets différents les uns des autres.

Lors de cette conférence, Ricardo Bofill souligne un point qui nous semble très important : l’aspect innovant, majestueux, monumental, d’une œuvre architecturale ne suffit pas à en faire une œuvre réussie. C’est avant tout l’intégration dans la ville et dans le cœur des populations qui compte. Il faut que la population accueille bien un bâtiment pour en faire une réussite. L’influence de l’attitude urbaine est essentielle.

 Ricardo Bofill

Ricardo Bofill est la figure du monumentalisme postmoderne et si l’on retranscrit les mots de Thierry van de Wyngaert, Président de l’Académie de l’Architecture :

« Pour ma génération Ricardo Bofill, c’est un monument. »