0510_bernard-arnault_1200x675

Bernard Arnault : deux projets pour réenchanter Paris

On ne présente plus Bernard Arnault, patron du plus grand groupe de luxe au monde, LVMH, et amateur éclairé d’art contemporain. Il est à l’origine de deux projets architecturaux d’envergure en région parisienne : la Fondation Louis Vuitton, ouverte en octobre 2014 et la rénovation de la Samaritaine en cours de développement. Focus sur ces deux projets phare dont Bernard Arnault est à l’origine.

La Fondation Louis Vuitton : un renouveau architectural bienvenu

fondation-louis-vuittonÉcrin en voiles de verre et d’acier de 7 000m2 niché au coeur du jardin d’acclimatation du Bois de Boulogne, l’oeuvre conjointe de Franck Gehry et Bernard Arnault abrite la collection contemporaine de la Fondation et des expositions temporaires dans lesquelles on retrouve des artistes renommés comme Gerhard Richter, Thomas Schütte, Ellsworth Kelly, Alberto Giacometti, Bertrand Lavier, Christian Boltanski ou Olafur Eliasson.

Qualifiée par certains observateurs “d’oeuvre d’une vie”, la Fondation, est globalement plébiscitée, depuis le mois d’octobre, par une très grande majorité des médias français et par l’exécutif français qui s’est rendu sur place lors de l’inauguration : François Hollande, Anne Hidalgo et Fleur Pellerin. Leur présence renforce la dimension patrimoniale de l’oeuvre de Franck Gehry, envoyant aux Français un signal fort : la volonté politique de placer la culture au centre de la croissance, de la vie collective et du rayonnement de la France à l’étranger.

13-2015-02-04 Paris - Fondation Louis Vuitton (34)Par ailleurs, de nombreux médias américains (CNN, le NY Times par exemple) soulignent l’investissement exceptionnel de Bernard Arnault dans le domaine de la culture, habituellement chasse gardée des pouvoirs publics. Selon eux, Bernard Arnault fait un cadeau à la fois aux salariés de LVMH, aux parisiens, et à la France.

Au 4 juillet 2015, on comptait déjà 750 000 visiteurs en sept mois selon Jean-Paul Claverie, conseiller du président Bernard Arnault. Un vrai succès :

« On envisageait cette fréquentation pour l’année complète, il y a eu jusqu’à 7.000 personnes dans une journée. »

A l’automne 2016, la fondation présentera les pièces majeures de la collection Chtchoukine (Cézanne, Gauguin, Van Gogh, Matisse…) actuellement partagée entre le musée Pouchkine à Moscou et celui de l’Ermitage à Saint-Petersbourg.

La Samaritaine, un édifice emblématique en pleine renaissance

Samaritaine - Sanaa

Vue aérienne du projet de transformation de La Samaritaine par Sanaa.

Après plus de 10 ans de fermeture pour vétusté, ce bâtiment de 1870, a connu un feuilleton aux multiples rebondissements mais s’apprête enfin à renaître. Le 19 juin 2015, et après une longue bataille procédurale, le Conseil d’État a finalement donné le feu vert au projet de rénovation des « Grands magasins de la Samaritaine », propriété du groupe de luxe LVMH. La décision du Conseil d’État « valide définitivement le permis de construire portant sur la rénovation du bâtiment situé rue de Rivoli » annonce le groupe LVHM dans un communiqué. Cela fait suite à l’annulation par deux juridictions administratives de deux permis de construire du projet, pourtant soutenu par la Mairie de Paris :

 

Cette décision « confirme qu’il est aujourd’hui possible à Paris de faire cohabiter un profond respect du patrimoine et la promotion d’une architecture contemporaine innovante » affirme Anne Hidalgo.

Tant pis pour les fervents de l’immobilisme qui refusent en bloc toutes initiatives architecturales bien pensées sous couvert de protéger un Paris figé…

Le projet

7644d98e-27f0-11e1-b73a-609e74dc0789Le projet doit abriter un programme mixte de plus de 70 000 m2 abritant un palace (Cheval Blanc, 72 chambres et suites) à la façade Art Déco, un centre commercial de 26 400 m2, des bureaux, 96 logements sociaux et une crèche de 80 berceaux, tout en conservant les façades historiques de 10 729 m2 .

Le concept du cabinet Sanaa

La proposition du cabinet d’architectes Sanaa s’oppose aux organisations précédentes, cloisonnantes, préjudiciables à la distribution de l’immeuble. Les architectes s’opposent à ces bouchements successifs pour ré interpréter le lieu tout en transparence et ouverture, dans l’esprit d’un passage parisien. Deux façades, quai du Louvre et rue de Rivoli font écho au dialogue entre conservation et création, mariage de l’ancien et du neuf.

« A côté du patrimoine architectural art Nouveau et Art déco hérité des architectes Jourdain et Sauvage, qui sera restauré et mis en valeur, l’architecture contemporaine du futur îlot Rivoli matérialise l’audace et l’esprit d’innovation qui constituent depuis sa création le principe fondamental d’évolution de la Samaritaine. »

C’est Jean-François Lagneau, architecte des Monuments Historiques, qui supervisera ce chantier complexe, sous la haute vigileance de la Direction Régionale des Affaires Culturelles, signe que l’on peut innover, rénover, aménager, adapter à l’usage,  sans défigurer.

De beaux projets qui me manqueront pas de marquer positivement la capitale. Espérons que de telles initiatives continueront de fleurir. Le vote de la Tour Triangle du 30 juin et la rénovation récente de la piscine Auteuil-Molitor sont autant de signes d’encouragements.

  1. Fanny PlaisanceFanny Plaisance10-15-2015

    Deux projets qui tout en modernisant Paris, s’intègre dans son histoire. Le contemporain avec la fondation, le Paris industrielle avec la Samaritaine. C’est plutôt réussi, même si on peut critiquer. Une philosophie d’intervention sur l’espace dont devraient s’inspirer les promoteurs du Grand Paris.

Ecrire un commentaire