airbus-futur

Le futur de l’aviation selon Airbus

Cette année, Airbus ne manque pas d’idées pour inventer le futur du ciel. Préservation de l’environnement et bien-être sont les maîtres mots de géant français de l’aéronautique.

airbusRendre les cieux plus intelligents : voici la mission d’Airbus, une compagnie bien décidé à « révolutionner les nuages ». Ainsi en 2015, l’entreprise européenne a fait appel à des étudiants du monde entier pour apporter un autre regard sur le futur de l’aviation. Le 27 mai dernier, les cinq équipes du concours « Fly your ideas » ont pu présenter leurs idées hors du commun devant un parterre de 150 experts de l’industrie.

Ainsi des étudiants japonais de l’université de Tokyo ont envisagé un système de drone pour protéger les aéronefs des oiseaux, mais également guider ces derniers vers des « birdports », où l’habitat est plus adapté aux volatiles. En employant des méthodes sophistiquées, les drones pourraient manipuler des colonies d’oiseaux pour les éloigner du danger. Le « birdport » serait constitué d’un environnement plus agréable avec de nombreux leurres, comme des chants d’oiseaux, pour créer l’impression d’un habitat naturel.

Un vol plus propre

Un groupe d’étudiants hollandais a, quant à lui, proposé pour les ailes d’avion un revêtement spécial capable de récupérer l’énergie à partir des vibrations de l’appareil. Grâce à une peau piézoélectrique, qui utiliserait la flexion de l’aile pour créer de l’électricité afin d’alimenter l’éclairage ou le système de divertissement en vol. Cette technique permettrait également de réduire les émissions de carbone.

kitd.html5loader(« flash_kplayer_2389e5c5cdbs », »http://api.kewego.com/video/getHTML5Thumbnail/?playerKey=2dc869296ecb&sig=2389e5c5cdbs »);

Un vol plus propre et plus « durable », c’est également ce qu’ont imaginé les Londoniens en lice. L’université de La City a proposé un système qui permettrait de capter l’énergie du tarmac pendant le roulage. Cette méthode permettrait la mise sous tension des avions pendant les opérations au sol et réduirait leurs émissions globales de carbone de 50%.

Une équipe chinoise a proposé un système de guidance des avions inspiré d’une console de vidéo infra-rouge. Plus efficace pendant le roulage (avant le décollage et après l’atterrissage), ce système permettrait aux contrôleurs de la circulation aérienne de diminuer les écarts de temps entre les avions, ce qui conduirait à des opérations plus efficaces. Les étudiants brésiliens ont, quant à eux, présenté un projet de chariot qui permettrait de réduire les déchets en vol.

Un mini-hangar gonflable

Airbus ne compte pas seulement sur les étudiants pour innover. Afin de réduire les retards de vols pour cause de maintenance, les ingénieurs de l’entreprise se sont attelés à la création d’un mini-hangar gonflable. Beaucoup plus pratique à transporter sur le tarmac il permettra de réviser les appareils directement sur les zones de chargement et de déchargement. Comparable à un matelas pneumatique, il suffit de déployer la structure, la poser sur le sol et brancher le gonfleur. Selon la direction, quatre personnes et cinq minutes suffisent à monter ce mini-hangar révolutionnaire !

Petit et suffisamment léger pour être stocké sur un vol commercial, son gonfleur fait la moitié de sa taille. Une fois en place, le hangar est équipé de chauffage, de climatisation et de systèmes de ventilation. Il peut être utilisé à des températures allant de -40 à 50 degrés Celsius. Il peut également contenir un treuil électrique pour faciliter le retrait et l’installation des moteurs. Les murs et le sol sont parfaitement résistants au fluide hydraulique, à l’acide et à l’huile.

Airbus est, depuis longtemps, déjà très engagé dans l’innovation. Biocarburants, matériaux composites, structures bioniques… la compagnie a d’ailleurs créé un incubateur d’idées pour penser le futur de l’aviation. L’entreprise a ainsi conçu un système de prévention des incursions de pistes (ROPS), les atterrissages étant la raison la plus fréquente de plaintes des compagnies aériennes. L’entreprise a aussi amélioré les techniques d’atterrissage grâce à Elise, un simulateur qui permet de détecter les moindres signaux électromagnétiques afin d’éviter les obstacles.

Hausses des commandes pour Airbus en 2014

Une stratégie gagnante ? Le constructeur européen a augmenté son carnet de commandes en 2014 en atteignant un milliard d’euros, dépassant les commandes faites au constructeur américain Boeing. Ce dernier reste cependant le meilleur constructeur, notamment grâce à sa capacité à délivrer les avions beaucoup plus rapidement qu’Airbus. Une production plus rapide : une nouvelle idée d’innovation pour les Européens ?

Ecrire un commentaire