cartube

CarTube veut désengorger les rues de Londres




Le projet CarTube pourrait bien permettre à la capitale britannique de devenir presque entièrement piétonne grâce à un ingénieux réseau de trains capables de transporter collectivement des voitures autonomes.

Le transport en ville (mais aussi à la campagne) est certainement l’un des défis les plus importants auxquels nous devrons répondre dans les années à venir. De nos habitudes de déplacements quotidiens, de notre manière de partir en voyage ou de la logistique qui achemine jusqu’à nous nos produits de consommation dépendra l’environnement dans lequel nous évoluerons dans le futur. Nos transports sont une source de pollution, de bruits, de stress, mais ils ont également un impact sur l’urbanisme de nos villes et sur la gestion de notre temps.

Si certains progrès techniques nous aident à limiter nos transports, grâce notamment au télétravail ou au e-commerce, certains ingénieurs et architectes tentent également de trouver des solutions pour améliorer nos déplacements, les rendre plus agréables, moins nocifs pour notre environnement, plus discrets. C’est le cas par exemple du projet CarTube (comprenez « métro pour voiture »), actuellement à l’étude à Londres. Son objectif : mêler de manière souterraine les technologies de la voiture autonome et du métro pour faire de Londres une ville sans voiture.

Des voitures autonomes dans

Le projet CarTube s’appuie sur une technologie qui a déjà fait son apparition sur les routes : celle de la voiture autonome. Capable de se conduire toute seule et de vous amener en toute sécurité à une adresse que vous aurez déterminée sur votre smartphone, ces voitures ne règlent toutefois pas les problèmes liés à l’abondance de voitures dans les centres-villes, aux embouteillages et aux nuisances. L’idée de CarTube est de centraliser les itinéraires de chaque voiture et de faire transiter celle-ci par de grands axes souterrains, des sortes de tubes dans lesquels circuleront des trains spécialement conçus pour transporter des véhicules autonomes. L’objectif serait ainsi d’éviter les embouteillages en garantissant une meilleure utilisation des infrastructures, mais aussi de faire disparaître des villes les grands axes routiers afin de rendre l’espace en surface aux piétons.

CarTube promet d’optimiser vos trajets

L’un des atouts de Cartube, c’est un algorithme censé rendre vos trajets plus rapides et optimiser au maximum les infrastructures. En mettant en relation les trajets de tous les utilisateurs, CarTube devrait pouvoir trouver la meilleure alternative en combinant trajet en voiture et en « tube ». Votre voiture autonome, que vous appelleriez d’un simple clic, sur le même modèle qu’Uber, utiliserait en quelque sorte le même principe que votre GPS, lorsque celui-ci vous donne le chemin idéal pour éviter les embouteillages. A la différence près que le système proposé par CarTube, aidé par le système SatNav, recevra les informations de tous les véhicules sous son contrôle et pourra les répartir au mieux pour diminuer globalement les temps de transport, le tout en utilisant l’intelligence artificielle.

Trop d’ambition ?

Mené par le cabinet d’architectes PLP, le projet CarTube, rassemble une équipe pluridisciplinaire composée d’architectes, mais aussi de chercheurs, d’universitaires et d’économistes.

Il faut dire que le projet est ambitieux. Au-delà des défis techniques, très nombreux, l’équipe de CarTube risque d’avoir à régler des questions administratives, voire politiques. Car c’est toute l’architecture de la ville qu’il faudra revoir, avec des coûts indirects difficiles à estimer. La question du prix d’utilisation d’un tel système posera également question. Le défi sera de le rendre accessible au plus grand nombre tout en garantissant la rentabilité du projet. Il est par exemple question de mettre en place des tarifs évolutifs en fonction de la distance parcourue ou encore du nombre de passagers présents dans une voiture.

Si le projet CarTube est pour l’instant à l’étude pour Londres, ses initiateurs aimeraient voir plus grand et développer de telles infrastructures dans de nouvelles villes ou dans des pays en développement, afin de les aider à répondre à un besoin grandissant en transports sans passer par la construction d’autoroutes urbaines.




Ecrire un commentaire